Deuxième recueil d’écrits d’ Aslı Erdoğan

Entre mon vrai visage et son reflet dans
la vitre, le temps et le néant, parmi tout ce qui
ne peut—être dit avec des mots… Je suis là, à
cette heure sombre où j’aurais souhaité être
ailleurs, dans un autre temps. Je suis dans la
nuit, toujours la même, infinie, la nuit
ambrée… »

Aslı Erdoğan, Je t’interpelle dans la nuit,
traduit du turc par Esin Soyal—Dauvergne,
éditions MEET, 2009

Nous continuons. Parce qu’il faut défaire le silence des prisons turques où ceux qui
s’opposent à une politique de la haine sont enfermés par milliers. Nous voulons leur liberté
immédiate et faire entendre la voix de celle qui écrit, enfermée parmi eux. Par ses livres et
ses chroniques dans la presse, Asli Erdoğan est devenue la voix des sans—voix, la voix
des réfugiés qui s’amassent par millions dans les camps turcs, la voix des sans—abris et
des minorités, la voix des Kurdes que l’Etat turc veut condamner au cimetière. Nous
refusons. Et les écrits d’Asli, nous continuerons de les dire à voix haute, les crier s’il le
faut, jusqu’à sa libération définitive.

Ce deuxième recueil est un geste d’insoumission. Nous sommes nombreux à
refuser l’emprisonnement de ceux qui écrivent envers et contre toutes les violences d’un
Etat devenu meurtrier. Nous n’allons pas regarder en silence. Nous ferons entendre la
parole d’Asli Erdoğan partout où la parole est encore libre.

Ricardo Montserrat & Tieri Briet,
le 18 novembre 2016. By Kedistan